Article de Presse " La Radio RCF Normandie en pleine crise"

Publié le 13 Mars 2016

Bonjour à tous et toutes,

Une situation difficile qui se vit depuis quelques mois au studio s'ouvre à vous auditeurs, par le biais d'un journaliste de Paris Normandie.

Comme vous le lirez dans l'article qui suit un bon nombre de producteurs d'émission "bénévoles" par solidarité des journalistes licenciés ont décidés de suspendre leurs enregistrements.

Pour ce qui concerne "Le Téléphone Du Dimanche", émission en direct, nous sommes évidement solidaire de nos amis Bénévoles et ex et personnels restant du studio.

Toutes fois, il a été décidé par la majorité des Bénévoles révoltés de la radio que l'émission du Téléphone Du Dimanche" devait être maintenue tant qu'il est possible de la poursuivre....

Nous n'avons pas abordé le sujet à l'antenne ce matin pour éviter de mettre votre émission en péril. Tous les bénévoles de RCF Normandie ont bien consience à quel point ce rendez vous est vital pour certains d'entre vous. C'est parfois le seule lien qui subsiste entre les familles, les amis et la personne Détenue..... 

 

DONC, nous prévoyons d'être là,

Dimanche prochain comme d'habitude

entre 12H00 ET 12H30.

 

L'article de presse de ce dimanche

«La joie se partage ». Le slogan, comme le nouveau logo, avaient de l’allure. En janvier 2015, le réseau de 63 radios locales de RCF (*), Radios Chrétiennes en France, fêtait dans l’optimisme son 33e anniversaire. Plus d’un an plus tard, en Normandie, c’est plutôt la soupe à la grimace qui se partage. La station, qui diffuse à partir de Rouen, Dieppe, Le Havre, Neufchâtel et Yvetot, vit une crise profonde. Le directeur-rédacteur en chef, Bruno Morice, et l’animateur de l’antenne, Sébastien Aliome, ont définitivement quitté le studio de la radio rouennaise de la route de Neuchâtel qu’ils occupaient tous les deux depuis une vingtaine d’années. Licenciés. Dans les locaux de la « première radio associative de Normandie », seul reste un technicien chargé de l’enregistrement et de la diffusion des émissions livrées par le national.

« Ce ne sont pas des décisions faciles à prendre et des situations faciles à vivre. Mais face à l’ampleur du déficit structurel, il nous était impossible de continuer comme cela. Ou on fermait la radio ou on trouvait des solutions alternatives », explique le président de l’association en charge de la radio, Paul Rousseau. D’un montant de 30 000 € en 2014, ce déficit a atteint 50 000 € fin 2015, pour un budget de 220 000 €. La baisse de la participation du diocèse aux frais, décidée par l’ancien évêque Mgr Descubes, a fragilisé un peu plus une structure qui repose en grande partie sur les dons de ses auditeurs (- 4 % en 2015) et sur l’engagement de bénévoles. Fin janvier dernier, en présence du nouvel évêque de Rouen, Mgr Lebrun, l’assemblée générale de RCF Haute-Normandie entérine un « plan de réorganisation totale ». Licenciement des deux salariés, « restructuration complète » de la grille, désormais vide d’informations locales, et reposant principalement sur « la coopération avec le réseau et l’appel plus important aux bénévoles pour les émissions ». Sans plus de précisions sur ceux qui le réaliseront, Paul Rousseau promet le retour d’un journal régional en septembre. Et prévoit le rétablissement des finances dont l’atterrissage aurait lieu en février 2018.

Cette « réorganisation » était-elle incontournable ? Les voix de RCF se font impénétrables. Chez les salariés licenciés, la prudence est de mise et chez les bénévoles, on avance masqué. Personne ne conteste la réalité de l’impasse financière actuelle mais on relève l’échec de la stratégie de développement de partenariats, et surtout le climat ambiant depuis octobre 2014 et l’arrivée à la présidence de l’association de Paul Rousseau.

Le semi-retraité en ressources humaines, responsable national des Pionniers aux Scouts de France au début des années 80, a, semble-t-il, heurté bien des bonnes volontés par sa difficulté à dialoguer. Une large partie des bénévoles qui participent à l’animation de l’antenne se sont d’ailleurs réunis hier pour réagir ensemble à cette crise. Ils ont décidé de suspendre la production d’émissions pour RCF.

Au-delà des décisions douloureuses à prendre, certains ont été choqués par la méthode employée. Avec la bénédiction du diocèse. Qui n’a pas eu un mot de compassion ou de remerciement à l’égard des deux licenciés. Partager quoi, déjà ?

THIERRY DELACOURT

(*) Le réseau affiche une audience de 500 000 auditeurs par jour. RCF diffuse 20 heures d’émissions nationales et 4 h de locales.

Article de Presse " La Radio RCF Normandie en pleine crise"

Rédigé par Le téléphone Du Dimanche HN

Publié dans #RCF ROUEN HAUTE NORMANDIE RCF NORMANDIE, #le telephone du dimanche

Commenter cet article